Le vent souffle, et tourne, tourne la roue de la fortune. Favorisés un jour, écrasés le lendemain...
Gonflez vos voiles et voguez vers l'avenir.


Partagez | .
 

 Soroän Harkyn "marchand mercenaire"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Soroän Harkyn
Marchand Mercenaire
avatarMarchand Mercenaire


Messages : 36
Localisation : Sur mon bateau

Passeport
Origine: Ulurym
Rang: Capitaine de l'Elioss

MessageSujet: Soroän Harkyn "marchand mercenaire"   Mer 22 Juil - 0:08


Soroän Harkyn

bannière en 500*200
SURNOM : "Rän" pour les intimes (autant dire personne pour le moment). Si on lui donne un surnom, c'est sans son consentement.
ÂGE :26 ans
ARCHIPEL : Ulurym
ORIENTATION SEXUELLE : Hétéro
GROUPE : marchand
RANG : Capitaine de L'Elioss
PARTICULARITÉS : Brûlé aux sourcils, torse, bras gauche. Peu tactile (pas du genre à faire des accolades). N'aime pas du tout les pirates.

RANG PERSONNALISÉ : Marchand Mercenaire
PSEUDO/PRÉNOM : Mmh... Rän ça paraît bien
ÂGE : 23 ans
SEXE : Féminin
FEAT AVATAR :Uroko-sama de Nagi no Asuraka ici
COMMENT T'ES-TU RETROUVÉ ICI : Via un forum partenaire o/
CODES DU RÈGLEMENT : Validé ! =D

UN AVIS, UN DERNIER MOT : C'est la première fois que je prend un prédéfini, j'espère que je ne vais pas trop le dénaturer (sinon j'en créerais un si ça ne va pas xD) =x .
Le contexte est intéressant, le graphisme est beau :D

Description Morale



Soroän est un paradoxe. Les gens vous diront que Soroän est quelqu’un de calme et posé, que le marchand ne s’énerve jamais et garde sa placidité en toute circonstance. Ils vous diront que Soroän est difficile à connaître, qu’il est froid, distant, et n’a pas vraiment d’amis. Si on les interroge plus avant, ils admettront aussi que Soroän est toujours sérieux, ne fait jamais la fête même après une mission accomplit avec  succès et qu’il ne fricotte guère avec la gente féminine (ni masculine d’ailleurs). Si ce masque d’impassibilité rassure les commanditaires, le jugeant ainsi « professionnel », en réalité, il en est tout autre intérieurement.

Sous les apparences de glace, se cache un tempérament de feu, il n’est pas rare que de violente colère traverse Soroän. C’est un esprit combatif, un travailleur, il ne se laissera pas abattre ni par les difficultés, ni par la douleur. D’autant plus qu’une de ses utopies majeures est d’éradiquer tous les pirates de ce monde, qu’il considère comme étant de simples brigands quelques soit le nom ou les vêtements qu’ils portent, et surtout tuer le capitaine pirate et son ex-second blond, vouant aux deux une haine féroce. Bien sûr tuer Ismaël est devenu illégal (par quel tour celui-ci est devenu corsaire ? Il se le demande encore cyniquement) mais si une occasion de lui nuire, quelque soit la manière, se présente… Il ne la laissera pas passer, du moins si cela ne nuit à personne d'autre que lui. Au combat, il préfère garder son sang-froid afin d’éviter les mouvements inutiles, néanmoins, Soroän peut vite se laisser emporter par sa fougue et sa colère envers les pirates, en effet, lorsque son masque d’impassibilité fini par céder, la violence de ses sentiments éclatent soudain tel un ras de marrée dévastateur.

Même si Soroän n’est pas l’individu le plus sociable existant, il reste responsable des hommes et des femmes travaillant pour et avec lui. Ce n’est pas le genre à prendre la fuite en laissant les autres derrières s’occuper des problèmes ou à rester enfermer dans sa cabine lors d’une attaque. Savoir se battre est une chose, mais le respect et la solidarité sont des notions importantes pour lui, un bloc soudé travaillant en équipe à d’avantage de puissance que des individus dispersés et désorganisés, et puis tout le monde est dans le même bateau, c'est le cas de le dire. Il traite ses hommes comme il se doit, les bonnes actions seront récompensés, et les mauvaises châtier. Evidemment, le premier surpris à trahir, comploter à l'encontre de son "entreprise" ou voler une marchandise sera déposé sur l'île la plus proche et ne remettra plus les pieds sur le bateau.  

Soroän est un homme fier qui n’aime pas demander de l’aide et préfère garder ses problèmes pour lui afin de les régler en solitaire par la suite et se refuse à montrer une quelconque faiblesse. De plus, il lui arrive d’apprécier certaines personnes, mais sans vraiment le montrer, trop habitué à cacher ses émotions. Il préfère aussi manger seul pour éviter qu’on ne le voit grimacer de douleur de temps à autre.

Au niveau des relations charnelles, c’est le vide complet. Même si il a appris à faire avec la douleur plus ou moins forte selon les jours, il a peur d’avoir mal au plus mauvais moment, et ce n’est pas tant la souffrance qui l’effraie le plus, mais le fait de se ridiculiser et d’avoir l’air faible, pathétique. Pour ne rien arranger il ne sait pas draguer, sauf en n’étant ivre, ce qui n’est pas arrivé depuis longtemps.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser à cause de son milieu d’origine, le marchand considère que l’on doit juger une personne à ses compétences plutôt qu’à sa situation sociale, et cela se passera ainsi sur son bateau. Gare à celui ou celle faisant des remarques discriminatoires à bord ! Niveau paperasse, il préfère consigner des carnets précis écrits, afin que tout soit ordonné et carré, n’hésitant pas à passer quelques soirées à vérifier que rien n’a été oublié niveau comptabilité, que toutes les livraisons ont bien été effectués aux bons endroits et que tout le monde à bien reçu la bonne paie. Cela évite les tentatives d’entourloupes et les limites les erreurs.



Description Physique



La première chose qui distingue Soroän dans une foule, même de loin, sont ses épais cheveux bleus clairs, n’ayant visiblement pas connu de ciseaux depuis bien longtemps- Soroän vous dira que si, en fait, il coupe les pointes abîmées. Sa crinière est en dégradé, plus courts sur la frange – ses cheveux ont tendance à lui retomber sur le nez – puis de plus en plus long jusqu’à lui arriver au delà des fesses. Quand il sent un combat en approche, il attache ceux-ci en queue de cheval afin de ne pas être gêné. Soroän est assez grand, du haut de son 1m80, pour une corpulence moyenne d’un homme en bonne santé… Enfin… Disons que l’on voit qu’il s’entretient, que ses muscles sont fermes et habitués à l’effort. Sa naissance dans un milieu aisé et sa fierté transparaissent dans sa façon de marcher, de parler et même de manger sans en mettre à côté.

En s’approchant, on distingue un visage atypique. Tout d’abord, ses yeux en amande sont d’un bleu nuancé selon l’humeur ou l’éclairage, pouvant s’éclaircir ou s’assombrir, parfois même, on pourrait y discerner une touche de violet. Si ses cils sont noirs et épais, ses sourcils, eux, n’ont jamais totalement repoussés depuis qu’ils ont roussi le laissant avec deux marques rouges, l’obligeant à accentués ceux-ci avec un coup de crayon afin de ne pas avoir un air trop lunaire et inexpressif. Son nez est droit, fin et légèrement pointu, sa bouche est mince et rarement souriante. Sa peau, malgré son travail en plein air, elle ne bronze pas facilement, le laissant assez pâle. Quand à ses mains, elles sont fortes et calleuses, habitué au travail et au maniement des armes.

Ses vêtements sont de bonne qualité mais dans des teintes assez neutre, et ce n’est pas tant pour montrer son rang social que pour ne pas être agressé par le tissus. Même lors des climats rigoureux, il fait doubler les vêtements chauds par de la soie, limitant le frottement. Lorsque la chaleur le permet, Soroän porte le moins d’habits possible sur son buste, se limitant à un haut bleu-gris ample ouvert sur le devant, laissant voir ses marques brunâtre de brûlures lui mangeant les trois quart de son torse et finissant sur son bras gauche. Son pantalon ample de même couleur est rentré dans des bottes, séparé de son haut par une ceinture bleu vert avec un coquillage à l’extrémité. Pour se donner un style plus sophistiqué il porte deux cordons de cuirs ornés d’un rectangle de bois autour du cou, quatre bracelets d’or – deux de chaque côté – et un gros bracelet d’or au bras droit, ayant trouvé celui-ci lors d’une de ses premières victoires sur un bateau pirate, du coup c’est un peu une provocation.



Histoire


« Tu seras un grand homme. » Lui répétaient sans cesse ses parents, l’encourageant à toujours être le meilleur en tout : il devait être parfait. D’un maintien impeccable, toujours sérieux, ne jamais faire de bêtises dans sa grande maison. « Tiens-toi droit », « ne joues pas avec la nourriture », « soit sage ». Autant de règles et de contraintes que le jeune Soroän appliqua à la lettre. Fils unique du couple Harkyn, Matys et Evelina, ses parents avaient de grandes ambitions, aussi bien pour eux que pour leur enfant, voulant l’élever à un statu encore plus haut que le leur, déjà pourtant bien loti dans leur commerce de poissons les plus fins, et ne lui laissait pas de répit.

Soroän prit son rôle très au sérieux, ne se mêlant guère aux adolescents de son âge, enfermant ses émotions dans un carcan, aussi fut il parfois charrié par ses camarades parce qu’il était ennuyeux et n’ouvrait jamais la bouche pour ne rien dire, cerise sur le gâteau, il ne buvait jamais. A ses seize ans sa mère sembla soucieuse : l’élévation sociale passe aussi par les contacts avec les autres ! Comment pourrait-il faire un mariage intéressant si personne ne lui prêtait attention ? Peut-être devaient-ils lui laissé un peu plus de liberté ?

« Soroän… » Commença Evelina alors que son fils enchaînait sur un énième livre de voyage.

«  Oui ? ». Le jeune homme releva les yeux vers sa mère, s’attendant à recevoir une énième consigne, il n’avait pas forcément tord…

Un silence pesant s’en suivi, le temps que sa génitrice trouve avec soin les mots appropriés :

«  Nous sommes fier de toi. Tu es un garçon intelligent, tu as vite apprit, mais tu dois créer des liens, c’est important, tu comprends ? »

Placidement, Soroän déclara : « J’ai cru que je n’avais pas le droit de m’amuser. »

Un second silence. L’adolescent tourna une page de livre, un son qui sembla assourdissant dans le salon feutré.

«  Tu peux aller parler à tes camarades et te détendre de temps à autre. » concéda Evelina.

Se détendre de temps à autre ? Au début, le bourgeois ne savait pas trop comment faire mais il fit des efforts pour se sociabiliser, et puis le courant fini par passer, puis il fini par apprécier cela. Puisque l’hiver était glacial, le groupe d’amis – de la haute société bien entendu- se réunissait parfois chez l’un ou l’autre. Ils s’échangeaient des avis, des informations, des ragots : Saphyr Ardast pensait à recruter des corsaires, Maria Abel allait bientôt avoir un troisième enfant, cela faisait beaucoup jaser, et un certain Patrick tromperait sa femme avec une domestique, à moins que ce ne soit le contraire… Et surtout, les pirates avaient encore attaqué un navire, marchand cette fois ci. Vraiment, il faudrait qu’on se charge de leur botter le train plus fort que cela ! Elioss, un de ses camarades qu’il considérait comme son premier et meilleur ami, était souvent d’accord avec lui. Celui-ci était plus petit que Soroän, avec des cheveux courts et brun et compensait le manque de conversation du jeune Harkyn par sa personnalité extravertie.

La saison passa, le climat se réchauffa petit à petit et Soroän avait rattrapé ses lacunes en sociabilité, mais ne se négligeait pas non plus et s’entraînait avec un maître d’arme deux fois par semaine, des courts qu'il avait voulu prendre, cela faisait toujours bien de savoir se défendre. Un jour il se laissa entraîner dans une fête organisé par une de ses connaissances, se laissant convaincre par Elioss qui y allait aussi. Profitant de l’absence de ses parents, un jeune bourgeois avait organisé celle-ci, quelques musiciens improvisaient des rythmes et surtout l’alcool coulait à flot. Entraîné par l’ambiance euphorique, Soroän bu quelques verres, mais, peu habitué à tenir l’alcool, il fut vite ivre, enfin il n’était pas le seul. Devenant exubérants, il se mit à improviser des tirades sans queue ni tête ayant vaguement pour sujet le commerce et la piraterie, dragua Verity, la sœur de son ami, et fini par se battre avec celui-ci qui avait tout vu passablement éméché lui aussi. Les deux individus passèrent la nuit dehors chacun de leur côté, Soroän revint chez lui et s’endormi dans son jardin, un œil au beurre noir.

Le lendemain, évidemment, son père l’engueula « Une honte, une HONTE ! » disait-il à son fils après l’avoir réveillé d’un seau d’eau sur la tête. Même si théoriquement, Soroän était assez grand pour se débrouiller, il fut puni de sortit. De toute façon celui-ci n’osait pas spécialement affronter son cercle de connaissance après de tels déboires, surtout Elioss qu’il avait frappé. Il songea à son avenir, à une manière de se rattraper. Les attaques de pirates lui revinrent à l’esprit, ainsi que le noble Ardast qui recrutait il y a un an de cela. Peut-être avait-il encore besoin de volontaire ? Et puis on pouvait avoir de la renommée si l’on était bien gradé. Il s’engagea quelques jours plus tard. Cela tombait bien, le bateau partirait bientôt. Si il était jugé apte, il entrerait dans l’équipage de suite.

Puisque c’était le cas, il fut intégré, corsaire parmi les autres. A sa grande surprise il y retrouva Elioss, qui avait apparemment eu la même idée. Mais ils n’eurent pas le temps de s’expliquer de suite, car ils avaient pleins de tâche à accomplir et à retenir pour ce premier jour. Tout comme les suivants, il fallut bien une semaine pour qu’ils aient enfin l’occasion de se parler plus longuement que cinq mots. Bon, Soroän était bourré, Elioss aussi, alors ils tirèrent un trait sur leur bagarre qui leur avait couté l’estime de leur famille respective. Mais le jeune bourgeois n’avait pas oublié qu’il devait s’élever socialement, ayant de part cela plus d’ambition que son camarade. « Je serais capitaine corsaire, les Harkyn seront fiers de moi. ».

- Je ne compte pas être un corsaire toute ma vie. Lui répondait son camarade. Quand je retournerais à Ulurym, j’épouserais Cassandra !

Les semaines passèrent, et avec vinrent les premières actions contre les pirates. Soroän se distingua par sa maîtrise correcte du sabre, qui semblait s’améliorer de plus en plus avec la pratique, et quelques actes de bravoures, enfin, toujours considérés. Sauf quand il dû tirer Elioss d’un mauvais pas lorsque celui-ci se fit acculé par des pirates, seul sur le pont contre le bastingage, les autres corsaires ne l’avaient encore vu et les pirates étaient plus nombreux que lui. Le jeune Soroän, ne réfléchit pas, ou du moins, il s’inspira de ses récits d’aventures qu’il possédait chez lui, et bondit sur une corde du mat pour lui prêter mains fortes, atterrissant du côté de son ami, lui faisant gagner du temps pour être sauvé.

« Merci Rän, sans toi, j’ignore ce que je serais devenu. » lui déclara Elioss, un peu pâlot à la fin de cette journée mouvementé.

Un des corsaires lui répondit avec humour : « Tu serais passé par-dessus bord ! »

Après ce sauvetage téméraire réussi, ses camarades estimèrent Soroän d’avantage encore. Mais tout n’était pas gagné, loin de là, il restait encore un jeune moussaillon. Mais à force de persévérance et d’amélioration, même le capitaine surveillait son évolution au sein de l’équipage. Plusieurs années plus tard il devint même le second de celui-ci quand le précédent mourut dans une autre bataille, un véritable honneur ! Mais cela ne dura pas très longtemps.

Cette fois, c’est un navire pirate qui donna l’assaut le premier, une attaque surprise. Pourtant, la zone était réputée dangereuse, et les patrouilles corsaires n’étaient pas rare afin d’endiguer ce phénomène. Il faisait nuit, ce fut bref mais dévastateur. Les canons ennemis enflammèrent le pont, puis le mat. Dans la cohue, ceux pouvant éteindre le feu ou réduire son intensité était à pied d’œuvre, tandis que les plus offensifs essayaient de repousser les pirates. Soroän hésita un instant entre ces deux options, un pirate décida pour lui en l’attaquant, pensant sans doute que son manque d’activité était dû à la peur. Erreur qui lui coûta la vie, le jeune homme esquiva promptement et l’embrocha proprement. Sa victoire fut de courte durée car dans un grincement sinistre, le mât s’écroula alors qu’il était encore en dessous.

Mais il était encore en vie, plus pour longtemps se disait-il. Son bras gauche était léché de flamme et son souffle était coupé, il ne tarderait pas à sombrer dans l’éternel sommeil si il ne faisait pas quelque chose, pourtant il ne parvenait pas à réfléchir de façon cohérente, la douleur était insupportable....

- Rän !

Le poids s’allégea soudain, il distingua Elioss qui l’avait sorti de là, inquiet. Son ami repartit repousser des pirates non loin de lui, tandis qu’il éteignit le feu de son bras et de ses vêtements au mieux, s’étend légèrement redressé. Les événements s’enchaînèrent encore plus rapidement, les pirates voulant sans doute en finir au plus tôt, car la lumière de l’incendie était tel un feu de détresse pour les autres corsaires. Soroän observait la scène, essayant de se remettre sur pied, un hors-la-loi blond tenait tête à Elioss, les deux s’équivalaient au combat. Peut-être même qu’avec un peu de chance, son ami gagnerait… c’était sans compter sur le renfort d’un autre pirate, qui projeta soudainement Elioss par-dessus bord. Soroän ne réalisa pas tout de suite ce qu’il venait de se passer, vacillant un peu sur ses jambes, cela attira l’attention sur lui. Une pointe de douleur le fit s’écrouler, il crut discerner les contours d’un autre bateau avant de sombrer dans l’inconscience.

Il resta plusieurs jours, entre coma et conscience avant de pouvoir enfin parler de façon cohérente. Allongé dans des draps blancs, parmi d’autres corsaires blessés, il apprit qu’il n’y avait eu que peu de rescapés. On lui demanda son nom, son adresse. On lui dit que lorsque le bateau passerait  près de son archipel, il pourrait être débarqué, comme d’autres blessés graves originaires d’Ulurym. Soroän essaya de protester, mais même protester lui faisait mal, alors il se recoucha.

En convalescence il retourna auprès de sa famille – qui l’attendait avec une calèche – une fois hors du bateau. Quasiment incapable de marcher sans se tordre de douleur il resta cloué au lit à manger de la nourriture en purée durant des semaines. Il guérissait autant que faire ce peu, et ressassait avec haine les événements passés, ne pouvant affronter le regard ni de Verity, ni de Cassandra. Il n'avait rien d'Elioss à leur rapporter, celui-ci était tombé dans le vide et ses possessions avaient surement connu le même sort, à moins qu'elles aient été brûlée ou que des pirates les aient volés. Des herboristes lui préparait des tisanes anti-douleur. Au début, il ne broyait que du noir sans idées constructives, et puis Soroän commença à envisager d’autres projets et une reconversion. Il fit son deuil et décida d'aller de l'avant. Autant dire que de devoir rester au domaine familial lui donna tout de temps d’y songer.

Au bout d’un an de rééducation, et commençant à comprendre qu’il devrait vivre avec la douleur, qu’elle ne partirait sans doute jamais, Soroän en eu marre de rester inactif. Il voulait gagner de l’argent pour s’acheter un bateau, recruter des hommes et fondé sa propre affaire. Le jeune bourgeois aurait pu demander un prêt à sa famille mais il préféra travailler à l’entreprise Harkyn en tant que salarier. Il commença doucement en s’occupant de la comptabilité, se renseignant sur les plantes apaisantes durant son temps libre, puis après avoir repris assez de force, il transporta les marchandises, voulant prouver aux autres – et à lui-même – qu’il était guéri. Il escorta le poisson lors des trajets terrestres, des bandits pouvaient toujours vouloir voler la cargaison.

Deux ans plus tard, il pouvait enfin parler d’un navire en disant « il m’appartient », et le nomma en l'honneur de son ami et sauveur. Puisque les pirates proliféraient grâce aux espoirs de richesses, Soroän ferait en sorte que la perspective d’amasser de l’argent ne soit plus aussi attrayante, et que le coût en vie soit trop élevé pour dissuader les plus têtes brûlées. Parce que son équipage de marchands n’était pas des plus ordinaires. Grâce à sa renommée locale – après tout il avait été second et l’un des rares survivants de l’attaque – et la promesse d’être bien payé, il attira des hommes et des femmes près à le suivre dans son projet de transport d’objets de valeur. Soroän s’assura que tous sache se battre afin d’attaquer le mal à la source. Les pirates voulaient s’enrichirent ? Qu’à cela ne tienne, qu’ils se cassent les dents ! Avec un peu de chance L'Elioss attirerait le capitaine pirate aux cheveux clairs, et Soroän ne le louperait pas.

Quand les affaires commencèrent à décoller, il investit son propre argent dans des vêtements doux, limitant aux maximums l’irritation que le frottement du tissu sur sa peau pourrait causer, des plantes médicinales apaisant la douleur –il n’a pas fait d’étude en herboristerie mais a fini par en connaître un rayon niveau calmant par la force des choses-, que ce soit sous forme séché ou sous forme vivace à l’intérieur d’un petit pot. Et en armement bien entendu. On n’est jamais trop prudent.

Quelques mois plus tard, lors d’un voyage assez tranquille, il croisa un navire corsaire. Au début Soroän n’y fit pas trop attention, c’était la routine, quand un type aux cheveux blonds le fit tiquer. Impossible… Il prit sa longue vue et le fixa pour être bien sûr mais il ne pouvait pas se tromper. Il fallut toute la force de sa volonté pour ne pas tenter de l’abattre d’un coup de pistolet : si il était prêt à en assumer les conséquences, son équipage n'avait pas mérité d'être mis ainsi dans l'embarra. Par tous les vents, qu’est-ce que le pirate fichait sur un bateau corsaire tranquillement ?! Soroän comprit : une reconversion. Le pirate essayait surement d’échapper à son destin. Quel lâche. Quelle horreur. Cela le laissa d’un tempérament morose le restant de la journée, ruminant de sombres pensées. Sa vengeance s’annonçait compliqué.


Pouvoirs



Globe d'eau (Eau) : En concentrant l’eau dans l’atmosphère Soroän peut former un globe d’eau variant selon l’humidité ambiante. Dans des conditions optimales (quand il pleut à torrent par exemple), la quantité maximum est de 0,5 mètre-cube. En plein désert aride cela fera à peine la taille d’un poing. Il peut envoyer ce globe en ligne droite avec une vitesse équivalent à une passe de ballon et celui-ci perdra sa forme sphérique en heurtant quelque chose ou quelqu’un (cela équivaut à se prendre un seau d’eau sur la tête, c’est pas plus compliqué que ça). Si il ne fait rien avec, l’eau se relâchera au bout d’une minute de flottement en flaque. En soi, cette technique n’est pas mortelle.
Soroän peut user de se pouvoir trois fois coup sur coup mais ensuite il faut qu’il fasse une pause. En plein désert, cela demande plus d’effort.

Aveuglement (ténèbres) : Pour le coup, il ne s’agit pas de faire de la lumière pour éblouir, mais bien de rendre une cible aveugle comme un poisson des abysses par contacte durant un temps maximum de 10 secondes (sans lâcher la cible). Si le contacte est rompu, l’effet s’estompe au bout d’une seconde. Cela demande un effort de concentration et si Soroän l’utilise deux fois dans la même journée en tenant les 10 secondes (ou en l’utilisant 20 fois en tenant 1 seconde), il aura un mal de tête. Alors il évite, tant qu’à faire autant s’épargner une douleur. Au-delà du temps maximal d’aveuglement journalier, ça ne fonctionne plus.

Crédit fiche : Celiwyr, Sephyrias


Dernière édition par Soroän Harkyn le Ven 24 Juil - 21:58, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ismaël Serenys
Masqué d'un sourire
avatarMasqué d'un sourire


Messages : 184

Passeport
Origine: Hyorkan
Rang: Capitaine du Némésis

MessageSujet: Re: Soroän Harkyn "marchand mercenaire"   Mer 22 Juil - 9:20

Bienvenue sur le forum ! ♥

Si tu as des questions à poser, n'hésite pas, nous serons heureux d'y répondre ^__^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkady O. Caem
Wherever I may roam...
avatar Wherever I may roam...


Messages : 156

Passeport
Origine: Zealyv
Rang: Négociant

MessageSujet: Re: Soroän Harkyn "marchand mercenaire"   Mer 22 Juil - 13:23

Bienvenue à toi ♥



La liberté a un goût de #80549e...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soroän Harkyn
Marchand Mercenaire
avatarMarchand Mercenaire


Messages : 36
Localisation : Sur mon bateau

Passeport
Origine: Ulurym
Rang: Capitaine de l'Elioss

MessageSujet: Re: Soroän Harkyn "marchand mercenaire"   Mer 22 Juil - 15:01

Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soroän Harkyn
Marchand Mercenaire
avatarMarchand Mercenaire


Messages : 36
Localisation : Sur mon bateau

Passeport
Origine: Ulurym
Rang: Capitaine de l'Elioss

MessageSujet: Re: Soroän Harkyn "marchand mercenaire"   Jeu 23 Juil - 23:53

Un petit double post juste pour signaler que j'ai fini ma fiche (enfin peut être si je n'ai pas fait trop d'incohérence XD). o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celiwyr Lelird
Embrasse-moi...
avatarEmbrasse-moi...


Messages : 167

Passeport
Origine: Sferniza
Rang: Capitaine du Troène

MessageSujet: Re: Soroän Harkyn "marchand mercenaire"   Ven 24 Juil - 20:02

Bonjour, et bienvenue sur le forum ! =D
(Et pardon pour ce léger retard)

C'est moi qui vais m'occuper de ta fiche. ♥

Alors, elle est super agréable à lire, et j'apprécie de voir que tu t'es vraiment approprié le personnage ! Je n'ai donc rien à redire sur ta fiche, maiiiiis il manque la dernière partie du code de validation !

Je te validerai donc lorsque tu l'auras trouvé.
Courage, tu y es presque ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crimi-yaoi.deviantart.com/
Esprit des Vents
Maître du Jeu
avatarMaître du Jeu


Messages : 171

MessageSujet: Re: Soroän Harkyn "marchand mercenaire"   Ven 24 Juil - 22:07

A présent que le code est entier, nous avons le plaisir de t'annoncer que tu es validé ! ♥

Tu as notre approbation pour prendre ton envol, à la rencontre de ton destin.
N'oublie pas d'activer ton passeport dans ton profil, et amuse-toi bien !

Que les Vents te soient favorables ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sephyrias.forumactif.org
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Soroän Harkyn "marchand mercenaire"   

Revenir en haut Aller en bas
 

Soroän Harkyn "marchand mercenaire"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chryses de Sybrondil [Marchand et mercenaire] [KATASTROPHE]
» Wicaemas Lothalia [Mercenaire]
» [Achats] Marchand Ambulant
» /join marchand
» Funeste [Mercenaire & Roublarde]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sephyrias :: Prologue :: Registres :: Présentations :: Présentations authentifiées-