Le vent souffle, et tourne, tourne la roue de la fortune. Favorisés un jour, écrasés le lendemain...
Gonflez vos voiles et voguez vers l'avenir.


Partagez | .
 

 Ayalena El'renza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ayalena Rayn El'renza
Fleur de lune
avatarFleur de lune


Messages : 46

Passeport
Origine: Sixième Archipel
Rang: Intendante

MessageSujet: Ayalena El'renza   Sam 22 Fév - 20:38


 Ayalena El'renza

« Ombre et lumière, tel est notre lot »
   

   SURNOM : Lena
   ÂGE : 22 ans
   ARCHIPEL : Sixième archipel
   ORIENTATION SEXUELLE : Homosexuelle
   GROUPE :  Khamsienne
   RANG : Intendante
   RANG PERSONNALISÉ :
Code:
<font color=darkslategrey>Fleur</font> de <font color=midnightblue>lune</font>
   PARTICULARITÉS : Son apparence change pendant la nuit
   

   
   Feat : Aminael, par phoenixlu (www)
   


   


   Description Morale
   

Fondamentalement, Ayalena et Rayn ont le même caractère, puisqu'ils ne forment qu'une seule et même personne. Mais au fil du temps, ils ont étrangement développé des différences, comme si eux-mêmes se voyaient plutôt comme deux êtres partageant la même âme que comme une seule âme pouvant revêtir deux apparences différentes.

Ayalena accentue fréquemment son côté féminin en se comportant comme bien des hommes imaginent une femme : réservée, douce, toujours prête à aider et n'élevant que peu la voix. Du moins est-elle ainsi lorsqu'elle se trouve dans une situation intimidante, ou avec des gens qu'elle ne connaît et qui l'inquiètent. Mais gare à ceux qui la sous-estimeraient. En tant qu'intendante de son seigneur, elle voyage beaucoup et se retrouve bien souvent à devoir négocier des accords commerciaux en son nom ou surveiller des cargaisons particulièrement précieuses, et elle se débrouille parfaitement bien pour cela.

Certains pensent qu'elle cherche la solitude, mais en réalité elle aspire surtout au calme, ce qui la pousse à s'écarter de ceux qu'elle estime trop agités pour elle. Cela, ajouté au fait qu'elle a un sens de l'humour assez difficile et que nombre de plaisanteries l'agacent plus qu'elles ne l'amusent, fait qu'elle est souvent jugée ennuyeuse ou moralisatrice. En outre, elle n'a jamais eu d'amant - ni d'amante, bien qu'elle ait conscience d'être attirée par les femmes - et elle ne compte pas en avoir avant de tomber amoureuse. Mais qui sait ce que l'avenir lui réservera ?

Rayn, au contraire, est particulièrement extraverti. Il aime rire et il aime sourire, et il n'a rien contre un peu de compagnie, loin de là. Il n'est pas rare de le voir passer quelques heures dans une taverne, à la table la plus éloignée des lumières, bien évidemment. Le reste du temps, lorsqu'il ne traîne pas dans des lieux peuplés, il va au contraire se promener dans la nature, dans la solitude la plus complète.

Car ce qui le caractérise le mieux, en réalité, ce sont les excès. Tout ce qu'Ayalena ne peut pas se permettre, à cause de son statut de Khamsienne, à cause de sa charge d'intendante, ou à cause simplement de son caractère, de la crainte des rumeurs et autres jugements, Rayn y tombe, les bras écartés pour mieux en profiter. Et le sexe n'y fait pas exception, puisqu'il accumule les aventures d'un soir oubliées le lendemain, préférant se trouver des amants dans les équipages de passage plutôt que dans les habitants des villes.
   


   Description Physique
   

De jour, Ayalena est une jeune femme de taille moyenne, sans rien qui n'attire particulièrement l'attention chez elle, hormis ses cheveux. En effet, ceux-ci sont d'un blanc aussi pur que la neige, très fins et légèrement ondulés. Elle les garde longs, jusqu'à ses fesses, et ne les attache que très rarement. Tout au plus se fait-elle une tresse lorsqu'elle doit faire une activité qui risquerait de les lui rabattre sur les yeux.

En dehors de cela, elle a les yeux gris, le visage plutôt rond et les sourcils bien dessinés. Ses oreilles sont rondes et portent bien souvent des boucles d'oreilles. Celles qu'elle préfère sont dorées et agrémentées d'une pierre rouge, mais elle en a également portant une perle argentée, ainsi que de simples anneaux dorés. En terme de bijoux, elle porte également souvent un fin diadème de même facture que ses boucles d'oreilles préférées, la pierre rouge tombant sur son front. Et elle a toujours à son cou une pierre argentée : le pendentif qu'elle avait trouvé dans la maison des nobles que servaient ses parents. Tous ces bijoux lui appartiennent, et lui ont été donnés par son maître en récompense du bon travail qu'elle accomplit pour lui.

En terme de vêtements, elle affectionne tout particulièrement les robes fines, de couleurs claires, avec un décolleté assez large pour laisser de la place à son pendentif. Elle ne met presque jamais de pantalon ; elle le fait uniquement lorsque les activités de sa journée lui interdisent le port d'une robe ou d'une jupe. Pour sortir, elle a une capeline gris clair, ou un large manteau à capuche gris foncé.

Ces choix de vêtements sont en partie conscient, pour se démarquer le plus possible du style vestimentaire de Rayn. En effet, celui-ci s'habille - fort logiquement - exclusivement avec des pantalons, ainsi que des hauts sans manches ou des vestes. Il apprécie les couleurs chaudes et bien marquées, qui font un beau contraste avec sa peau d'ébène.

Ses cheveux sont tout aussi noirs que sa peau, et tombent un peu plus pas que ses épaules. S'ils sont tout aussi fins que ceux d'Ayalena, ils sont par contre raides. Lorsqu'il doit les attacher, il le fait avec un simple lien de cuir, sans s'ennuyer avec une tresse. Ses yeux sont d'un mauve clair saisissant, et l'ombre d'un sourire semble presque toujours danser aux coins de ses lèvres, même lorsqu'il ne sourit pas. Ses oreilles, elles, sont pointues, et il porte, à l'extrémité de la droite, deux anneaux d'or et une petite perle de même teinte. Le seul autre bijou qu'il porte, mais seulement de temps à autres, est un collier plat au ras du cou, blanc et or, auquel est accroché un petit dragon serpent doré.
   

   Histoire
   

Il était une fois...
Tel est le commencement de beaucoup de récits. Pourquoi pas de celui-là ? Ce n'est pas l'histoire d'un prince ou d'une princesse à la recherche du grand amour... Mais c'est une histoire. L'histoire d'une petite fille aux cheveux de neige...

Elle vit le jour à Ulurym. Toute petite, encore, alors qu'elle dormait sur son matelas, elle entendait le clapotis de l'eau sous la maison, les grincements des pilotis et les bruits des pas de ses parents autour d'elle, dans l'unique pièce dont ils disposaient dans l'immense maison du noble qu'ils servaient. Elle aimait ces sons, ils la rassuraient et la berçaient alors qu'elle trouvait le sommeil. Ils faisaient partie de son univers, ils l'encadraient, même.

Puis d'autres sons vinrent briser le cocon rassurant dans lequel elle vivait. Des éclats de voix, des reproches. Ils la réveillaient parfois en sursaut la nuit. Elle se redressait sur son matelas de son, passait la main dans ses cheveux d'un blanc immaculé, et elle écoutait. Cela lui faisait du mal, mais elle ne pouvait s'empêcher d'écouter. D'écouter ses parents se disputer et, bien souvent, d'écouter son père battre sa mère. Et elle apprit que son histoire, loin d'apparaître avec sa naissance, avait des racines bien plus anciennes...

Elle découvrit ainsi nombre de secrets du couple qui lui avait donné naissance. Des secrets que son père voulait garder cachés aux yeux de tous. Lui et sa femme ne s'aimaient pas. Ou du moins, sa femme ne l'aimait pas, et lui la désirait. Ils étaient tous deux les khamsiens d'un même noble, et il ne cessait de la poursuivre pour l'acculer contre un mur et essayer de l'embrasser. De guerre lasse, elle se laissait faire, ayant constaté qu'il était plus rapide de le laisser faire avant de partir plutôt que de se débattre et de s'enfuir.

Et un jour, cela tourna mal. Un jour de réception chez le comte. La maison était en effervescence et tous les domestiques se démenaient pour que tout se passe au mieux. Les deux khamsiens servirent le repas à leur maître, puis reçurent leur congé pour la soirée. Et alors qu'ils repartaient à travers les couloirs de la maison, l'homme saisit la femme par la taille et l'emporta dans une remise sans se soucier de ses cris. Ses cris qui ne cessèrent pas pendant les longues heures où elle dut subir les assauts de l'homme, jusqu'à ce qu'il l'emporte, épuisée et brisée, dans sa propre chambre et déclare qu'elle était devenue sa femme.

Ainsi, la petite fille aux cheveux de neige n'était pas une enfant chérie et désirée. Elle avait été conçue dans le viol et la douleur, elle avait été portée dans l'amertume et était née dans les larmes. Oh, ses parents ne la maltraitaient pas. Son père l'ignorait en règle générale, préférant ne pas trop s'occuper de cette encombrante conséquence de son viol, et sa mère, même si elle l'aimait, ne pouvait s'empêcher de la considérer comme un souvenir de sa souffrance. Et bien souvent, son regard se ternissait quand elle regardait sa fille, cherchant en elle les traits ressemblant à ceux de son bourreau.

Ni heureuse, ni foncièrement malheureuse, l'enfant passait parfois de longues heures à pleurer dans sa chambre. Pour tout doudou, elle avait reçu un vieux torchon de cuisine dont plus personne ne se servait. Lorsqu'elle l'avait pu, elle y avait cousu deux boutons disparates pour faire les yeux. Puis, dès qu'elle récupérait une chute de tissu coloré, elle le cousait sur le torchon, qui se parait peu à peu de couleurs vives. Elle serrait cette poupée improvisée contre elle, et le tissu recueillait ses larmes jusqu'à ce qu'elle soit apaisée.

Eau... purificatrice ?
Elle n'avait jamais su avec précision quel était son jour d'anniversaire. Nul ne lui fêtait jamais, et ses parents n'avaient pas répondu à cette question. Son père lui avait jeté un regard agacé, sa mère avait eu les yeux brillants de larmes. Alors elle n'avait pas insisté. Et elle se faisait de temps en temps une fête d'anniversaire à elle-même, lorsqu'elle avait une soirée de libre. Au moins savait-elle qu'elle était née à l'automne.

Et un jour d'automne de sa onzième année, la maison retentit de bruits de pas et de cris. Elle ne comprit pas tout ce qui se disait. Un orage, de la pluie, le lac, l'eau... Une chose était sure. Ses parents étaient occupés à aider à faire elle ne savait quoi. Ils déplaçaient des meubles, bouchaient les portes et les fenêtres... Et donc elle était tranquille.

Elle prit sa poupée de chiffon avec elle et alla se cacher sous l'escalier. Elle y avait établi sa cachette, là où elle mettait toutes sortes de 'trésors' glanés ça et là dans la maison. Et elle les sortit de leurs rangements, les disposant autour d'elle. Avec les chutes de tissus qu'elle récupérait, elle fit un tas et décréta qu'il s'agissait de son gâteau d'anniversaire. Des allumettes - éteintes, bien évidemment - devinrent les bougies, et elle avait même un cadeau, pour l'occasion. Un bijou qu'elle avait trouvé entre les rainures du parquet. Un pendentif. Tout était parfait... Et alors qu'elle souriait tout en admirant le bijou...

Un craquement fracassant se fit entendre, suivit du grondement de l'eau. Les pluies diluviennes avaient décuplé les marées du lac, et la maison du noble où elle vivait était très avancée sur le lac. Trop avancée. Malgré les efforts de la maisonnée, l'eau avait fini par gagner. Mais non en défonçant les protections des portes et fenêtres. Non, elle avait purement et simplement brisé les pilotis sur lesquels se tenait la maison.

La petite fille aux cheveux de neige ne comprit pas ce qui s'était passé, bien évidemment. Mais une trombe d'eau jaillit, emportant tout sur son passage, et l'emporta elle aussi. Elle voulut crier, mais l'eau emplit ses poumons. Elle serra sa poupée sur son cœur tout en essayant de nager, mais l'eau la ballottait de toutes parts, et elle n'y voyait rien. La panique sapait ses forces, elle s'était cognée à plusieurs meubles ou murs, elle ne le savait pas. Et les ténèbres finirent par s'emparer de son esprit, au moment même où ses lèvres laissaient s'échapper le dernier souffle d'air de ses poumons.

Renouveau
Ses yeux s'ouvrirent lentement. Tout était flou autour d'elle, mais la netteté se fit progressivement. Du bois. Des planches en bois. A moins que ce ne soient... des poutres... ? C'était beaucoup dire, mais il... s'agissait d'un toit. Le toit d'une demeure qui méritait au plus le nom de cabane, certainement. Et elle... entendait le ressac des vagues sous elle. Comme avant. Comme avant... Ses paupières se refermèrent lentement, et elle aurait sans nul doute sombré dans le sommeil si une voix n'était pas parvenue à ses oreilles.

"Qu'est-ce qu'on va faire d'elle ? C'est la petite Khamsienne des Jinza, il me semble, non ?

-Effectivement. Bah, on n'a qu'à la donner à  Razuin. Avec un peu de chance, il épongera notre dette. Lui qui veut à tout prix penser que sa richesse lui donne autant d'importance qu'un titre de noblesse...

-Ah ouais, bonne idée ! Allez, prends-la, on lui amène de suite ! Après tout, tout le monde est noyé dans le manoir des autres, personne la réclamera !"

C'est ainsi que la petite fille aux cheveux de neige fut emportée à travers la ville, jusqu'à la demeure de l'un des plus riches marchands de l'endroit. Le couple la mit dans un sac à l'odeur de poisson écoeurante et la transporta ainsi. Elle avait des hauts le cœur, tremblait violemment et essayait de toutes ses forces de ne pas penser aux implications des phrases de ses... sauveurs.

"Tout le monde est noyé", avaient-ils dit. Tout le monde... La famille qu'ils servaient, ses parents, les autres domestiques... Tous avaient péri dans les flots. Tous, sauf elle. Et malgré la vie qu'elle avait eue dans cette maison, elle sentait des larmes couler sur ses joues, alors que sa petite main tenait fermement le pendentif. Elle n'y avait pas été heureuse, mais elle y avait été chez elle...

Elle dut s'évanouir à nouveau, puisqu'elle n'eut pas conscience de l'arrivée dans la maison du riche marchand à qui elle était donnée pour rembourser la dette. Par contre, le courant d'air lorsque le sac fut retiré la réveilla, et elle se redressa, observant les gens qui se penchaient sur elle. Elle découvrit le visage du couple qui la marchandait, et elle découvrit en même temps celui de l'homme auquel elle appartenait à présent.


Dis-moi... Qui es-tu ?

Les années s'écoulèrent alors paisiblement. Vaal Razuin, riche marchand de la capitale, ne la maltraitait pas. Au contraire, il était bien trop heureux d'avoir enfin trouvé une Khamsienne, et de pouvoir par là s'élever, dans son esprit, au niveau des nobles qu'il jalousait. Et tant qu'elle se comportait bien et ne renâclait pas à la tâche, il était agréable envers elle.

Elle disposait de sa propre chambre, petite mais relativement confortable, et n'était pas surchargée de travail. Sans cela, jamais elle n'aurait pu parvenir à garder secret ce qui lui arriva. Elle-même ne s'en rendit pas compte immédiatement. Comment l'aurait-elle pu ? Elle dormait, la nuit. Et elle n'avait pas besoin de se lever aux aurores, son maître se réveillant rarement avant midi.

La petite aux cheveux de neige avait bien grandi, désormais, et elle avait seize ans. Mais cette nuit-là, lorsqu'elle se réveilla, se sentant malade, et qu'elle se leva, ce ne furent pas des cheveux de neige qu'elle aperçut dans son miroir. Ce furent des cheveux d'un noir profond. Noir comme sa peau. Et en baissant le regard, elle vit que sa poitrine était plate.

Ce fut de justesse qu'elle contint un mouvement de panique qui lui aurait commandé de sortir de sa chambre en appelant à l'aide. A la place, elle retourna dans son lit et y resta pelotonnée, cachée sous ses couvertures. Seuls les rayons du soleil, réchauffant sa cachette, lui donnèrent le courage de sortir de son abri. Et en s'approchant à petits pas du miroir... Elle constata qu'elle n'avait pas changé. A moins qu'elle n'eut re-changé ?

Elle s'assit sur le bord de son lit et réfléchit. Elle réfléchit jusqu'à décider ce qu'elle allait faire. Elle cacherait à tous ce qui s'était passé. Elle cacherait à tous son pouvoir. Si la nuit suivante, la transformation s'opérait de nouveau... Si elle avait une apparence de jour et une apparence de nuit... Elle aurait deux identités. Et nul ne saurait qu'il s'agissait de la même personne.

Ainsi naquit Rayn, jeune homme à la peau et à la chevelure aussi sombres qu'une nuit sans lune. Et pendant toutes les années qui suivirent, nul ne devina la vérité. Pas même lorsque Razuin fit d'elle son intendante.
   


   Pouvoirs
   


Pouvoir primaire : Esprit

Le pouvoir d'Ayalena consiste dans le fait de métamorphoser totalement son corps, y compris son sexe. Mais elle ne maîtrise pas ce pouvoir, et il se déclenche indépendamment de sa volonté, selon si elle se trouve dans un endroit lumineux, ou au contraire plongé dans les ténèbres, pour faire simple. Même si en réalité, c'est un peu plus complexe que cela. Lorsqu'il fait jour, elle peut se concentrer pour conserver sa forme féminine, y compris dans une pièce plongée dans le noir, et inversement, pendant la nuit, elle peut garder sa forme masculine même si une petite source de lumière s'approche d'elle - une trop forte lumière ne lui laissera pas le choix.

Pouvoir secondaire : Air (Vent)
Elle peut susciter un vent tourbillonnant autour d'elle, qui lui permet, si elle se concentre assez, de se soulever dans les airs et de voler où bon lui semble. Mais plus elle s'arrache à la pesanteur et qu'elle va haut, plus son pouvoir lui demande d'énergie, et elle n'a jamais réussi à monter à plus de quelques mètres.
   


   


   Et après ?

   

   PSEUDO/PRÉNOM :Euuuh... Ismaël ?
   ÂGE :Ismaël vous le dira !
   SEXE : Je n'en change pas tous les matins ~
   COMMENT T'ES-TU RETROUVÉ ICI :Ha ha, vous voudriez bien savoir, hein ?
   CODES DU RÈGLEMENT : Validé ! ♥
   UN AVIS, UN DERNIER MOT :Agnaaaah ♥
   
   

   © Codage de la fiche par Celiwyr, Sephyrias
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit des Vents
Maître du Jeu
avatarMaître du Jeu


Messages : 171

MessageSujet: Re: Ayalena El'renza   Sam 22 Fév - 21:03

Salut à toi, et (re-)bienvenue sous ces cieux ~

Il n'y a rien à redire sur ta fiche, qui est très intéressante et agréable à lire.
Tu as donc notre approbation pour prendre ton envol, à la rencontre de ton destin. N'oublie pas d'activer et de remplir ton passeport dans ton profil.

Que les Vents te soient favorables ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sephyrias.forumactif.org
 

Ayalena El'renza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sephyrias :: Prologue :: Registres :: Présentations :: Présentations authentifiées-